Patrimoine de l’Unesco : un océan de zinc et de l’ardoise sur les toits de Paris

Publié le 25 février 2015

Les toits de Paris font désormais partie des patrimoines de l’Unesco. Au début, en 1991, ce sont uniquement les deux rives de la Seine qui ont été inscrites, mais avec le temps, ce beau paysage a fini par payer.

Le Zinc et l’ardoise à l’honneur

Ce sont les principaux matériaux qui composent ces toits, vus de haut. Une initiative prise par Delphine Bükli, une élue du 9ème arrondissement de Paris : « Nous voulons mettre en valeur un patrimoine méconnu et inaccessible pour aider Paris à innover en apportant un nouvel usage à cette cinquième façade » avance-t-elle.

zinc1

En outre, les habitants qui ont la chance d’admirer ces fameux toits depuis leur logement peuvent bien comprendre cette démarche. Il s’agit de mettre en valeur la beauté de la ville, tout en gardant son authenticité. De ce fait, l’idée a séduit tout ceux qui ont accès à ces toits gris foncés qui revêtent les habitations de la capitale parisienne.

Paris est une vieille ville qui a évolué au fil des temps, mais qui a pourtant gardé cet aspect traditionnel au niveau de ses toits en ardoise et en zinc. Notons que le zinc est un métal qui est notamment utilisé pour la confection de toitures et de gouttières tandis que l’ardoise est un schiste à grain fin qui se clive en minces plaques régulières, utilisées pour les toitures.