Le bronze à l’honneur lors d’une vente aux enchères en ligne

Publié le 1 avril 2015

Le dimanche 22 Mars dernier, une vente aux enchères s’est déroulée à Blois sous les marteaux des commissaires-priseurs Marie-Edith Pousse-Cornet et son fils Guillaume. C’était, en fait, des enchères en ligne sur le site internet www.interencheres.com/4100 bien que la vente se déroulait également en salle.

Des bronzes anciens figuraient dans l’exposition

e0f382271f9fb712b05bd09ee5f8c2cf2f176576ed6454865ba6e130687b2859

Un mois auparavant, les objets en vente étaient déjà visibles sur le web. On pouvait distinguer un grand nombre d’objet en bronze telle que la statuette de Bouddha en bronze à traces de laques or et un brûle-parfum tripode en bronze. Le bronze, cet alliage de cuivre et d’étain qui est souvent utilisé pour la sculpture. Il existe d’ailleurs, ce qu’on appelle « collection de bronzes anciens ».

L’exposition dans la matinée était une façon de présenter aux potentiels intéressés les objets mis aux enchères. Une approche qui a porté ses fruits, car au moment de la vente à 14 heures tapantes, environ trois cents internautes de 25 nationalités différentes se sont connectées pour y participer. Notons toutefois, que les ventes aux enchères concernent notamment les objets anciens de valeur comme des tableaux, des sculptures, des vases ou des bibelots.

Le bronze de Napoléon, tant convoité

ENCHERES

Les objets métalliques étaient les plus prisés parmi les quelque trois cents mis aux enchères ce jour dont le fameux équestre de Napoléon, une pièce datant de 1840 du sculpteur Carlo Marochetti. Ce statut de bronze à hauteur de 46cm a trôné au milieu de la salle d’exposition. Selon Guillaume Cornet : « c’était un projet préparatoire pour une statue monumentale qui devait être installée aux Invalides à Paris » voire une vente de prestige. Cependant, le monument n’eut jamais l’occasion d’aboutir et sa réalisation fut abandonnée en 1849, faute de moyens financiers. Ce dimanche, la pièce a été estimée entre 10.000 et 15.000 euros. A en déduire que le métal bronze se valorise au fil des temps, car plus il dure, plus il s’endurcit.