Guide du Plomb

Présentation du métal

De couleur gris bleuâtre, le plomb est un métal qui blanchit lentement en présence d’oxygène. C’est un métal malléable qui est très utilisé dans l’industrie moderne à diverses fins. Il faut rappeler que le plomb est toxique pour l’homme, les maladies et symptômes qu’il provoque sont regroupées sous le nom de saturnisme.

Le plomb est un élément chimique qui a pour symbole Pb et pour numéro atomique 82. De par sa nature toxique et mutagène, le plomb est potentiellement considéré comme matériau cancérigène.

Il n’empêche que l’homme a su maîtriser cet élément, d’ailleurs, des recherches pour optimiser l’exploitation de ce métal sont actuellement en cours.

Comme il est très malléable et qu’il est encore disponible en grande quantité sur terre, le plomb est utilisé dans de nombreux secteurs d’activités comme il en est le cas de la fonderie, de l’imprimerie et le l’industrie de l’armement.

L’histoire du plomb

plomb_numidie

Bien que le plomb fût exploité par l’homme depuis des temps immémoriaux, il est encore présent en grande quantité dans la croûte terrestre.

Des scientifiques, après l’étude des sites miniers, sont arrivés à la conclusion que la première exploitation du plomb remonte à l’âge de bronze même si on a retrouvé des tombes datant du préhistoire des objets contenant des pigments de plomb.

Par ailleurs, une légion de textes sumériens, rédigés il y a de cela 5000 ans auraient mentionné que des objets usuels et des armes avaient été fabriqués avec du plomb. Presque toutes les civilisations auraient donc exploité le plomb, comme il en est le cas des Égyptiens, des Grecs, des Sumériens, des Hébreux et des Romains.

Notons que le plomb n’a pas uniquement servi à créer des objets pour usages divers, ce métal aurait également été utilisé pour la coloration et l’émaillage des céramiques, pour le lest des hameçons, pour le scellage des amphores et pour la production des fards et du khôl.

Les Romains ont été les premiers à utiliser des tuyaux en plomb pour fabriquer leur fameux bains romains, cette pratique s’est vulgarisée et est encore utilisée par de nombreux pays de nos jours.

Le plomb, un métal à fort potentiel explosif

Le plomb dispose de 4 isotopes naturels qui sont non radioactifs. La masse volumique de ce métal varie en fonction du minerai d’origine. De par sa couleur gris bleuâtre, le plomb est un membre de la famille des cristallogènes. Lorsqu’il est exposé à l’air, le plomb se ternit rapidement, la surface de ce métal est rapidement envahie par une couche d’oxyde et de carbone.

Le plomb n’est pas métal inflammable ni explosible, sauf s’il est sous une forme poussiéreuse. Il ne s’avère pas futile de noter que les composants du plomb comme le bichromate, le chlorate ou le nitrate peuvent exploser sous l’impulsion d’un choc ou d’une forte chaleur.

Lorsqu’il prend soudainement feu ou lorsqu’il explose, l’on ne peut éteindre le plomb qu’avec du sable sec, du graphite ou de la dolomite. Malgré ses propriétés très malléables, le plomb se casse facilement s’il n’est pas combiné avec d’autres métaux.

Le plomb géochimique

plomoLe plomb géochimique est ce que nous appelons le plomb au naturel. Ce type de plomb est présent dans tous les compartiments environnementaux à l’exemple de l’hydrosphère, de la stratosphère, de l’atmosphère, mais c’est dans la croûte terrestre qu’il est la plus dense.

Le plomb se présente sous plusieurs formes inorganiques à l’exemple de l’acétate, du nitrate, du carbonate, du sulfate, du chlorure et des minerais.

Dans le sol, il est extrait dans sa forme la plus pure. Les minerais qui sont sortis du sol sont ensuite concentrés par gravimétrie et par flottation. Ils sont ensuite dirigés par les usines où ils seront travaillés et améliorés.

Il existe encore de nombreux gisements et mines de plomb répartis à travers le monde, mais les plus importants se situent aux États-Unis, en Australie et au Canada. Les rares pays qui possèdent encore des gisements de plomb sont la Pologne et la Suède.

Un niveau de toxicité très élevé

Dans les temps anciens, pour conserver le vin, les Romains ont utilisé le plomb sous la forme d’acétate. Il a provoqué chez les aristocrates des symptômes d’intoxication. D’autres signes de mal-être ont été par la suite repérés chez les mineurs, les peintres et les fondeurs. Il y a quelques décennies, de nombreux pays ont décidé d’interdire l’usage du plomb dans les tuyaux de canalisation et de distribution.

L’homme a toujours su que le plomb était nuisible pour sa santé, notamment lorsqu’il est ingéré à une grande quantité. La nature toxique du plomb était connue depuis la découverte de ce minerai.

L’ingestion du plomb provoque chez l’homme des troubles anémiques ainsi que des soucis digestifs. Le plomb peut attaquer le système nerveux en provoquant ce que l’on appelle le saturnisme.

Le saturnisme, la première maladie professionnelle

Le saturnisme, ou la maladie du plomb a été inscrit dans le premier tableau des maladies professionnelles au début du XXe siècle. Actuellement, cette maladie a baissé chez les professionnels, mais l’on a remarqué une légère montée chez les particuliers. Puisqu’il était malléable et peu oxydable une fois dans la forme la plus aboutie, le plomb a été utilisé dans diverses applications, dont l’adduction d’eau et la pigmentation des peintures.

Le saturnisme a donc été connu depuis des longtemps, d’ailleurs, Hippocrate avait déjà entamé des études sur le sujet à son époque. Cette maladie a pendant un temps refait surface, les sources d’exposition sont liées à la vétusté des habitations. Soit les contaminations sont causées par l’eau arrivant des tuyaux en plomb soit de la peinture au plomb qui dégage de la poussière.

plomb-mesure-2011-052-018

L’intoxication chronique au plomb n’est pas facile à détecter. L’accumulation progressive du plomb génère divers symptômes et autres manifestations non spécifiques, ce qui rend le diagnostic très difficile à poser. L’on ne peut être certain de l’infection au saturnisme qu’après avoir analysé les perturbations sanguines.

Pour obtenir une indemnisation, le travailleur atteint d’un saturnisme doit avoir été affecté par le plomb d’une façon habituelle sur son lieu de travail. Il faut également que ses symptômes soient présents dans la liste limitative des syndromes cliniques ou biologiques et présenter un délai de prise en charge de 30 jours pour les accidents aigus et 1,3 ou 10 ans pour les accidents chroniques.

Chez l’ouvrier, il y a une présomption d’origine, ainsi on ne tient pas toujours compte de son état d’origine. Même si les causes professionnelles n’ont pas été prouvées, l’ouvrier aura toujours droit à une indemnisation, sauf si l’organisme de prise en charge y fait opposition avec des preuves.

Comment diagnostiquer une infection au plomb ?

Pour être certains d’une intoxication au plomb, les médecins utilisent un indicateur que l’on appelle plombémie. Malheureusement, la plombémie n’est qu’une indication ponctuelle de l’imprégnation. Elle ne révèle aucunement la nature de l’intoxication ni de comment réagit l’organisme. Au-delà de 700 µg/l de sang, les médecins concluent que l’exposition au plomb est susceptible d’être cancérigène.

uploded_70697676c1702b8b6a1620340a882270_sipa_rex40312082_000005

La plomberie qui est la mesure de la présence du plomb dans l’urine est nettement plus révélatrice de l’intoxication. Le pourcentage limite admis par les médecins est de 80 µg par 24 heures. Au-delà de 150 µg par 24 heures, les manifestations cliniques sont imminentes.

Il faut noter que la plomberie est encore plus révélatrice lorsque l’intoxication est encore plus ancienne. La technique de la plomberie consiste à injecter du chélateur de plomb pour stimuler son évacuation.

Le saturnisme est beaucoup plus facile à diagnostiquer lorsqu’il est au stade clinique. La colique de plomb est la première des manifestations, elle est suivie par la suite des lésions rétiniennes. Les manifestations les plus dangereuses sont localisées dans les reins, les neurones et le système nerveux.

Pour faire face à ce danger, tous les propriétaires d’immeubles qui ont été construits avant 1949 sont obligés de faire inspecter leurs habitations afin d’y déceler la présence de plomb. Les types d’habitation concernés par cette directive sont les maisons, les appartements et les habitats collectifs.

Si les résultats du diagnostic sont négatifs, le propriétaire peut les considérer comme définitifs lorsqu’il a été effectué après le 25 avril 2006. Par contre, si le taux de plomb est supérieur à 1 mg/cm², le propriétaire doit entamer des travaux de décontamination nécessaires. Autrement dit, il devra entretenir les peintures en supprimant la présence des traces du plomb.

Éco toxicologie

Sous sa forme la plus pure, le plomb est facilement capté et assimilé par des organismes vivants. Le plomb est hautement toxique. Récemment, des chercheurs ont pu conclure que certaines variétés de champignons pouvaient capter et stocker le plomb sans risques majeurs. Ces champignons qui jouent un rôle important dans le cycle toxique du plomb pourraient être cultivés et ensuite utilisés pour dépolluer un sol contaminé.

L’industrie ne pourra jamais se passer de plomb

Le plomb est également utilisé dans certains produits cosmétiques

Le plomb est également utilisé dans plusieurs produits cosmétiques notamment dans certains rouges à lèvres, les fards à paupières et les crayons khôl.

Le plomb est un matériau très demandé par l’industrie, d’ailleurs, le marché du plomb est encore fructueux. Ce matériau est utilisé dans la conception des batteries d’accumulateurs, des munitions, des gaines de câbles, de revêtements pour la couverture, des matériaux de restauration des bâtiments d’époque, des gaines pour la protection des fils et des revêtements de protection contre les produits chimiques.

Le plomb sert également à la fabrication des matériaux antibruit, des composants électroniques, des composants pour voitures (moteurs, roulements) et des ouvrages d’art. Le plomb entre fréquemment dans la composition des alliages comme le bronze, le laiton et les métaux de fonderie.

Il n’est pas rare de retrouver le plomb dans des glaçures céramiques, dans les verres, les stabilisants pour matériaux plastiques, ainsi que les produits extrudés fréquemment utilisés dans la construction comme les siphons, les coudes, les tuyaux, les réservoirs à combustible, et les soudures.

PlombPropriétés et utilisation

De par ses propriétés, le plomb est un métal très utilisé. Il est notamment employé dans la fabrication de batteries au plomb, à destination des secteurs de l’automobile et de l’industrie. Près des trois quarts de la consommation de plomb est utilisée de cette façon.

Le plomb a d’autres applications : tuyaux et feuilles, alliages pour soudures et munitions… Enfin, l’addition de plomb, ou plus exactement d’oxyde de plomb à du verre forme le cristal et augmente ainsi son éclat.

Production et consommation

Le plomb est une ressource non renouvelable. Les principaux pays producteurs de plomb sont l’Australie, la Chine, les États-Unis et le Pérou. Actuellement, c’est l’Asie qui consomme le plus de plomb par an, essentiellement lié à la demande constante en batterie.

La consommation mondiale de plomb ne cesse d’augmenter depuis le Moyen Âge. Mais heureusement, le recyclage est devenu maintenant la première source de plomb.

Comment investir dans le plomb ?

Le plomb est utilisé par l’homme depuis plusieurs milliers de siècle déjà : à l’époque, on l’utilisait principalement dans les travaux de couverture (toiture, gouttières…). Actuellement, ce métal noir grisâtre est surtout utilisé dans la métallurgie ainsi que dans l’industrie de fabrication de batterie et cartouche d’arme. Il compte aujourd’hui parmi les matières premières les plus demandés, ce qui en fait une source d’investissement intéressante. A condition pourtant d’investir avec prudence et intelligence !

Le plomb, un placement qui peut rapporter gros !

plombs-de-pêche

Le plomb est considéré comme une ressource non renouvelable : les spécialistes et analystes sont de plus en plus nombreux à affirmer que ce métal disparaitra complètement de la surface de la terre dans une quinzaine d’années.

Depuis 2003, la production mondiale n’arrive d’ailleurs plus à couvrir les besoins qui ne cessent pourtant d’augmenter, ainsi c’est surtout le recyclage qui comble la moitié de la demande actuelle. Voilà pourquoi, le secteur plomb se révèle aujourd’hui une source d’investissement intéressante qui peut rapporter beaucoup d’argent !

La preuve : le plomb fait partie des métaux les plus chers avec le cuivre, l’aluminium ou le fer. Aujourd’hui, la tonne varie entre 1 850 et 2 000 $, alors qu’il a encore quelques années, le prix parvenait difficilement à atteindre les 400 $ !

Comment réussir son investissement dans le plomb ?

Pour réussir ses placements boursiers dans le secteur plomb, il faut être capable d’investir avec intelligence. L’idéal est de savoir faire la comparaison et une étude de marché avant de se lancer. Et sans oublier de toujours garder un œil sur l’évolution de la production mondiale ainsi que celle de la demande, car ce sont eux qui influencent le prix et le cours du plomb.

A noter qu’il est important de connaitre l’évolution du prix en fonction de la situation économique et sociale des pays les plus demandeurs (tels que la Chine par exemple). Puis de s’aligner sur les règlementations relatives au plomb, notamment si on veut investir dans la bourse. Sinon, le mieux est de se tourner vers le London Metal Exchange (LME) pour investir dans le plomb (matière première ou recyclage…) en toute sérénité. On pourra ainsi être sur de bénéficier des avantages offerts par cette bourse.

Où trouver du plomb ?

4f05721b4df89

Bien évidemment, on peut se procurer du plomb auprès du London Metal Exchange qui propose en plus des options d’investissement vraiment intéressantes. Mais il est également possible d’aller chez les ferrailleurs pour en acheter : il faut cependant savoir qu’on n’y propose que des plombs issus de la récupération.

Le choix dépendra surtout des besoins et utilisations auxquels le métal sera destiné. Et pour acheter du plomb en lingot, le mieux est d’aller s’informer auprès de la bourse des métaux.

Il est en effet toujours préférable de se faire conseiller par un professionnel en la matière : cela pour être sûr d’aller dans la bonne direction et donc de faire un placement fructueux et qui va rapporter gros. Et cela même si un bel avenir financier est déjà assuré avec le plomb !

Son cours à la bourse des métaux

plomb-cdrm-700x460

Le plomb est un métal connu et utilisé depuis l’Antiquité. Aujourd’hui, il occupe une place très importante dans la métallurgie et la fabrication des cartouches d’arme et batteries. Il se révèle ainsi un matériau incontournable, demeurant d’ailleurs parmi les principales matières premières tradées en bourse. Zoom sur l’évolution de son cours, depuis le tout début jusqu’à aujourd’hui.

Le plomb fait partie des métaux côtés à la Bourse des Métaux de Londres. Comme pour de nombreux métaux, le cours du plomb est très cyclique. Sur les dix dernières années, les cours ont évolué entre 400 et 3 665 dollars par tonne.

Les restrictions et les interdictions d’usage du plomb se sont multipliées ces dernières années, ce qui a eu de fortes conséquences sur le cours du plomb.

Le plomb, un métal coûteux mais toujours très demandé

 

scelle-a-plomb-naturelEn tant que métal et matière première très utilisé dans plusieurs secteurs clés de l’industrie, le plomb a toujours été au cœur des placements et transactions boursières. Essentiellement coté au London Metal Exchange (LME), il compte d’ailleurs aujourd’hui parmi les métaux les plus chers du marché, cela au même titre que le cuivre, l’aluminium et la fonte.

Mais bien que très intéressant, le marché du plomb reste quand même assez volatil : il ne faut en effet pas oublier que l’évolution  des prix et des cours dépend principalement des transactions économiques mondiales. C’est-à-dire que si la production internationale dépasse largement la demande, le prix de la tonne est alors fixé très bas.

Alors que dans le cas où la production n’arrive pas à couvrir les besoins mondiaux, le kilo et la tonne de plomb sont vendus très chers.

Zoom sur l’évolution des cours et prix du plomb

Bien qu’il soit connu et utilisé depuis des siècles, ce n’est que vers le début du XXe siècle que le plomb a réussi à s’imposer complètement sur le marché mondial. Et bien qu’au fil des années, l’aluminium, le zinc, le cuivre ou encore le nickel lui ont volé son statut de « métal non ferreux le plus dominant », il n’en reste pas moins une matière première très demandée, demeurant d’ailleurs le cinquième métal industriel du monde.

Depuis, le prix du plomb ne cesse d’évoluer : à ce sujet, de récentes statistiques démontrent que durant les dernières décennies, le cours a varié entre 400 à 3 665 $ la tonne. En 2005, le plomb retrouve de sa gloire d’antan suite à une baisse considérable de la production mondiale alors que la demande, elle, ne cesse d’augmenter.

Et aujourd’hui encore, la production est toujours aussi en baisse par rapport aux besoins internationaux. Principalement à cause des nombreuses fermetures de mines, notamment celle de Magellan en Australie, ainsi que des usines comme le Metaleurop Nord en France. Ainsi, c’est surtout le recyclage qui se charge de combler une bonne partie de la demande actuelle.

Où en est le cours du plomb cette année ?

Si en 2007, le plomb semblait revenir en force en tant que roi des métaux non ferreux avec un prix de 3 655 $ la tonne, et ce malgré le fait qu’il soit interdit dans certaines pays du monde à cause de sa toxicité, depuis 2008 jusqu’à aujourd’hui, son prix n’oscille plus qu’entre 1 000 à 1 500 $ la tonne.

Mais selon les chiffres recueillis auprès du London Metal Echange, en avril 2016 la tonne de plomb valait 1 732 $ ! Et avec la production qui ne cesse de baisser par rapport à la demande, il y a de fortes chances que les cours augmentent encore !

 

 

Cela correspond à 1,49 € et 1,73 $ le kilo de plomb. En savoir plus sur le cours du plomb et son évolution.