Manipulation des cours par la Deutsche Bank, 38 milliards de dollars d’amende pour échapper aux poursuites judiciaires

Publié le 27 mars 2017

Il y a 2 ans, la Deutsche Bank ainsi que d’autres grands établissements bancaires étaient accusés de truquer et manipuler les cours de l’or et de l’argent depuis une quinzaine d’années. Une affaire peu médiatisée certes, mais qui continue de faire des vagues dans le milieu, et ce depuis plusieurs mois.

D’autant plus que l’accusation a été en quelque sorte « confirmée » par la Deutsche Bank : cette dernière a en effet accepté de payer 38 milliards de dollar pour échapper aux poursuites judiciaires. Il s’agit immanquablement d’un « aveu » qui ne sera sûrement pas sans conséquences pour les autres banques concernées par les accusations.

Manipulation des cours de l’or et de l’argent par les grandes banques

Pour ce qui est de l’affaire, rappelons qu’il s’agit d’une entente malhonnête entre plusieurs grandes banques pour truquer le prix de l’or et de l’argent. Les cours erronés étaient ensuite publiés par la London Silver Fixing Ltd, une société privée chargée de gérer la fixation quotidienne des prix.

Les enquêtes ont révélé que cette manipulation des cours dure depuis environ une quinzaine d’années : plus précisément depuis 1999. A noter que depuis tout ce temps, c’est plus de 30 milliards de dollars par an qui ont été volés par les établissements bancaires concernés. Certains ont même profité d’un rendement allant jusqu’à 100 %, leur permettant ainsi d’amasser d’importants bénéfices chaque année.

La Deutsche Bank dans l’œil du cyclone

Parmi les établissements bancaires accusés de « manipulation des cours », la Deutsche Bank figure en tête de liste. Déjà au cœur de nombreux litiges, cette dernière compte en effet parmi les principales banques concernées par l’affaire. Elle se voit ainsi rattraper en justice pour avoir intentionnellement truqué le prix de l’or et de l’argent pendant plusieurs années.

Se retrouvant une fois de plus sur la sellette, la banque allemande a préféré se lancer dans des négociations, visiblement pour mettre fins aux poursuites judiciaires à son encontre. Pour certains, ce geste ne peut être qu’un aveu de sa participation à ce vaste et malhonnête complot.

Accord et négociation pour échapper aux poursuites judiciaires

Ainsi plutôt que d’avoir affaire à la justice, la Deutsche Bank a préféré négocier un accord afin d’échapper aux diverses accusations à son encontre. A noter en effet que ces dernières sont assez nombreuses. On peut notamment citer : « trucage d’offres et enrichissement illégitime », « manipulation des prix », « complot » et même « restrictions illégales sur les transactions ».

Ainsi pour éviter tout procès (vu que les charges sont quand même lourdes), l’établissement bancaire a accepté de payer une amende dont le montant est fixé à 38 milliards de dollars. Il s’agit à première vue d’une lourde somme, mais qui ne couvre cependant pas celles qui ont été détournées pendant ces 15 années de manipulation des cours de l’or et de l’argent.

Jurisprudence pour les autres banques concernées 

Si la Deutsche Bank semble à présent hors de danger, ce n’est pas le cas des autres établissements bancaires concernés par les accusations. L’accord qui a été signé sonne en effet comme un aveu, comme quoi la banque allemande a plus ou moins reconnu sa participation au trucage et manipulation des cours.

Selon Reuters, Deutsche Bank,en signant cet accord aux Etats-Unis, a, en effet, reconnu ses torts. En effet, le pays de Tom Sawyer avait reclamer 14 milliards de dollards à la banque allemande l’accusant d’avoir conspiré avec d’autres banques en déterminant les prix de l’or. De plus, elle venait à peine de confesser son implication dans la manipulation du cours de l’argent.

En bref,

● Deutsche Bank a donc trouvé un accord dans un litige américain l’accusant d’avoir conspiré pour manipuler les prix de l’or.

● Les avocats des plaignants, dans leur déposition, disent que Deutsche Bank a signé une lettre d’intention et affirment avoir signé un accord de règlement incluant un versement d’argent de Deutsche Bank.

 

Comme le révèle le règlement, Deutsche Bank a une nouvelle fois accepté qu’en plus des « considérations financières importantes », elle offrira, comme pour le règlement sur l’argent, une « coopération dans la poursuite de réclamations contre les autres défendeurs. »

Voici la lettre de règlement :

Aveu qui porte cependant un véritable coup dur pour la défense de ses consœurs également mises sur la sellette (notamment HSBC et la ScotiaBank). Aucun doute que cet accord signé par Deutsche Bank fera jurisprudence pour les autres banques accusées, qui ne se verront sûrement pas donner de cadeau par la justice américaine.