Le marché haussier de l’or est-il fini ?

Publié le 5 mars 2013

L’or, métal précieux connu depuis des millénaires, est exploité pour sa rareté et son éclat. Depuis longtemps déjà il fait office de monnaie. C’est une valeur refuge que nul ne saurait nier.

Son cours, comme un long fleuve pas toujours tranquille, varie : en nette hausse depuis 2001 il redescend depuis quelques semaines déjà. Serait-ce alors la fin de la hausse du cours de l’or ?

Pourquoi le cours de l’or baisse-t-il ?

Baisse du cours de l'or

A l’heure actuelle, le cours de l’or est déterminé par le ratio de la demande et de l’offre. Il s’avère que la demande est en recul de 11 % pour le dernier trimestre 2012 par rapport au dernier trimestre 2011.

Les lingots et les pièces ont perdu quelque peu de leur succès, les grands investisseurs dans le domaine des bijoux ont moins acheté et certaines entreprises s’en sont moins servi, faisant ainsi chuter la demande et son cours avec.

Les raisons sous-jacentes

La crise y est sûrement pour beaucoup. En 2008, ceux qui avaient investi dans l’or se voient aujourd’hui obligés de quitter les marchés pour empocher leurs bénéfices tout de suite, rembourser les pertes dans leur portefeuille d’actions ou encore alléger leurs risques.

Les taux monétaires, avec la hausse du dollar, ou encore la baisse du pétrole ont également une responsabilité dans la baisse du cours de l’or.

L’or va-t-il continuer à décliner ?

Lingotins d'or

A chaque fois qu’une baisse de son cours a été observée, celle-ci a toujours été suivie d’une hausse de 7,8 % en moyenne. Ces baisses représentent en général une phase.

Sur le long terme la hausse de l’or est espérée : les grandes institutions financières se préparent à l’inflation, qui devrait arriver comme un retour de flamme, en protégeant leur capital. Pour cela elles investissent dans les matières premières telles que l’or.

D’autres arguments sont avancés : les épargnants rachètent de l’or et n’investissent plus dans les placements monétaires car trop risqués, la demande est repartie à la hausse, etc.

L’or reste donc la valeur refuge par excellence. Et même si la crise ne l’a pas épargné, il vaudra toujours son pesant d’or !