Les impressions du trader Andrew Maguire sur la baisse des métaux

Publié le 6 novembre 2014

En spéculant le prix des métaux précieux, les traders veillent au grain aussi bien la baisse que la montée des cours. Face à cette chute fulgurante, le célèbre trader Andrew Maguire donne son avis sur la situation actuelle. Impossible de ne pas réagir alors que l’or était à 1.880 dollars l’once le vendredi 31 octobre, un seuil qui semblait infranchissable jusque là tandis que l’argent a frôlé les 15 dollars l’once. Il s’agit d’un véritable massacre sur les cours de l’or et de l’argent.

Une baisse en rapport avec la décision de la Banque de Japon

gold-silver-bullion

« Tôt ce matin (31 octobre,) juste après la décision de la banque du Japon, les choses ont bougé » avance Andrew Maguire, ce qui semble indéniable. « Il n’y a qu’une seule entité qui peut mettre en vente 50 tonnes d’or papier en l’espace de 3 à 4 minutes, et cette entité, c’est la Banque des règlements internationaux » rajoute-t-il. Pour le trader, il n’y a aucun doute, c’est la BRI qui a littéralement mangé l’intégralité de la demande en l’espace de quelques secondes, soit, 50 tonnes.

Dans ses arguments, Maguire explique que : « cela doit forcément venir d’une entité officielle. Il ne peut pas s’agir de quelqu’un qui ouvre une telle position risquée en une seule fois. Il est également important de noter que cette position a été prise sur le marché des devises, et pas sur le COMEX. » En tout cas, c’est un « shorter qui a vendu subitement de l’or contre le dollar sur le marché des changes ».

Des preuves à l’appui

or-argent-lingotin-pieces

Le célèbre trader utilise comme preuves « la solide demande en lingots en provenance de la Chine, de l’Inde, mais aussi de gros achats en euros dont on ne parle nulle part ». En effet, la demande augmente dès que le cours diminue, ce qui n’est pourtant pas le cas pour les particuliers en Chine où la demande physique évolue positivement quand le cours augmente.

Par ailleurs, la demande « a même augmenté lorsque le cours est repassé au-dessus des 1200 $. Donc, quand le cours baisse, la banque centrale achète, et lorsque le cours monte, les particuliers achètent », ce qui amène à dire que « la demande est donc très soutenue vu la situation actuelle. Mais ce qui est intéressant, et dont personne ne parle, c’est la demande en euros pour l’or. Quelqu’un, une énorme entité, échange énormément d’euros contre des lingots d’or. L’opération dure depuis 2 semaines maintenant. C’est aussi la raison pour laquelle l’offre est limitée ».